Rigoletto

 

Opéra pour fanfare et 4 chanteurs

La fanfare théâtrale des Grooms s'empare du plus populaire des opéras italiens. En artistes irrévérencieux ils permettent à tous d'entendre les airs fabuleux de Rigoletto grâce à un spectacle à la fois décalé et grand public. Mensonges, coups bas, libertinage, amours trahis, assassinats... l'histoire fait rire, trembler, pleurer. Les cuivres résonnent sur les façades, les voix des chanteurs planent au dessus des toits, la folie de l'histoire s'empare de la foule. Les Grooms jouent les grandes émotions pour enchanter la ville !

Mise en scène : Pierre Guillois

Musique : Antoine Rosset, Serge Serafini

Idée originale : Jacques Auffray


Coproducteurs : Atelier 231 (CNAR de Sotteville-les-Rouen,76), L'Abattoir (CNAR de Chalon- sur-Saône, 71), Quelques p'Arts...(CNAR Scène Rhône-Alpes, 07), La Cascade (Pôle National des Arts du Cirque, 07), Le Fourneau (CNAR en Bretagne, 29), Aux Usines Boinot (CNAR en Poitou-Charentes, 79).

Avec le soutien de la DGCA, de la DRAC Centre Val de Loire, de la SPEDIDAM, de l'ADAMI, du réseau Déambulation (région Ile de France). 

La Cie Les Grooms est conventionnée par la région Centre-Val de Loire.

 

“Ces airs-là montent facilement au ciel, enveloppant au passage le public de leur charme de velours. L’histoire du fou de cour a fait mouche”.

TELERAMA (9/9/2015)

« Pour moi, cette peinture d’un personnage déformé et ridicule à l’extérieur, passionné et plein d’amour à l’intérieur est une chose magnifique »

Verdi

 

Comment Les Grooms peuvent raconter avec l’humour et le brin de dérision qu’ils mettent toujours dans leurs spectacles une histoire mélodramatique où il est question de viol, du déshonneur d’un père, de malédiction, de vengeance et de sacrifice ? C’est le nouveau défi auquel Les Grooms veulent se confronter.

Les alexandrins de la  pièce de Victor Hugo et la musique de Verdi nous procurent un superbe matériau.

Comme toujours dans les spectacles des Grooms, les arrangements seront basés sur Verdi mais s’en éloigneront également de temps à autre. L’idée ne sera pas de dénigrer l’opéra mais au contraire de le défendre et de montrer aux spectateurs néophytes que tout le monde peut apprécier ce genre de musique sans forcément être initié.